<
>

Le No-Kill comment et pourquoi

Le No-Kill, comment et pourquoi ? 


Le no-kill, pratique croissante qui s’est fortement développée ces dernières années auprès des pécheurs de carnassier, et qui est depuis longtemps adopté par les carpistes.

Pratiquer le no-kill est une bonne chose, mais de nombreux pécheurs ignorent quelques fondamentaux qui permettent de le pratiquer dans les meilleurs conditions, afin d’optimiser les chances de survie du poisson.

Ici nous verrons quels sont les règles qui permettent de pratiquer le no-kill dans de bonne conditions, et quels sont les impacts de cette technique.

 

Fondamentaux

Le no-kill requière quelques consignes de bases, très simples, ces dernières sont pourtant les plus importantes.

  • Il est préférable d’écourter le temps de combat avec le poisson, ce dernier sera plus apte à repartir dans de bonnes conditions. 
  • N’utilisés JAMAIS de fish grip, ils abiment le poisson et compromettent les chances de survie de ce dernier. 
  • Ne JAMAIS posé le poisson par – terre, c’est la règle la plus importante, cela abime considérablement son mucus et facilite les infections (un poisson qui repart couvert de sable ou de terre a très peut de chance de survie. 
  • Toujours avoir une pince à portée de main, cela permet de manipulé le poisson moins longtemps en lui retirant le leurre facilement.


La manipulation du poisson

De nombreux pêcheurs ignorent l’importance de cette étape, mais elle est pourtant fondamentale.

De manière générale, il faut toujours manipuler un poisson avec les mains mouillées, il ne faut JAMAIS utiliser de torchon ou tout autre objet, ces derniers abiment considérablement le mucus du poisson.

Il est possible d’utilisé une épuisette, du moment que l’on ne la pose pas par terre quand le poisson est dedans et que cette dernière est mouillée avant la réception de la prise.
 

Manipulation selon les espèces

  • Brochet : Une main dans ou sous l’ouïe, une autre sous le ventre du poisson (c’est probablement le poisson le plus difficile à manipuler, une pince est primordiale pour retirer l’hameçon). 
  • Sandre : une main dans l’ouïe, ou bien derrière la tête 
  • Perche / Black-Bass : le pouce viens se placé sur la mâchoire inférieure, avec l’autre main on soutient le vente du poisson (avec ces espèces attention de ne pas ‘’casser la mâchoire’’ en tordant le poisson pour la photo, il faut toujours que la prise sont tenus soit à une main verticalement soit à deux main horizontalement. 
  • Silure : on saisie la mâchoire inférieur avec la main (protégée d’un gant), l’autre main soutiens le poisson par le ventre.


Le No-Kill et la pêche au vif

Soyons clair, ces deux disciplines ne sont pas compatibles (bien qu’avec certains montages il est possible de ferrer le poisson à la touche), on entend souvent un pêcheur au vif dire que sa prise a engamée et qu’il n’est pas possible de la relâchée, belle excuse ou non la pêche au vif n’est pas compatible avec le no-kill et il convient donc d’abandonner cette technique si vous souhaitez relâcher vos prises.

Observations

Sur l’étang d’Ursine le no-kill porte des fruits et j’ai cette année observé et pris plusieurs petits Brochet et Sandre d’une quinzaine de centimètre, bon présage donc pour les années futures.

J’espère que cet article vous sera utile et qu’il vous permettra de prendre conscience de l’importance du no-kill !

Relâchés vos prises, vos pêches future n’en serons que plus belles.

Thibault Cassagne